Malgré la Covid-19, Sreyoun peut poursuivre ses séances de réadaptation

 

La crise sanitaire n’a pas empêché la mère de Sreyoun et l’équipe de Handicap International au Cambodge de trouver les moyens d’aider la petite fille à progresser. Sa mère est ravie de voir sa fille s’épanouir.

 
La petite Sreyoun pendant une séance de réadaptation au Cambodge, avec le soutien de Handicap International

La petite Sreyoun pendant une séance de réadaptation | © HI

Au centre de réadaptation de Kampong Cham au Cambodge, malgré la pandémie de Covid-19, l’équipe de Handicap International n’a jamais cessé d’aider Sreyoun, née avec un handicap grave. Le personnel de Handicap International l’encourage à devenir plus autonome grâce à des exercices de réadaptation quotidiens.

Aujourd’hui âgée de 3 ans, Sreyoun vit avec ses parents dans un village situé à deux kilomètres du centre de réadaptation physique et fonctionnelle de Kampong Cham, géré par Handicap International. Elle est atteinte d’une infirmité motrice cérébrale congénitale. Elle a été orientée vers le centre à l’âge de 14 mois. Au départ, Sreyoun bénéficiait de soins de kinésithérapie trois fois par semaine et sa mère lui faisait faire des exercices de rééducation à la maison tous les jours.

La crise sanitaire n’a pas empêché la mère de Sreyoun et l’équipe de Handicap International au Cambodge de trouver les moyens d'aider la petite fille à progresser. Sa mère est ravie de voir sa fille s’épanouir.

Déterminée à poursuivre les exercices

Le contexte général a radicalement changé en mars 2020 avec le début de l’épidémie de la Covid-19, la détection des premiers cas au Cambodge et la fermeture des frontières. Afin d’assurer la sécurité de notre personnel et des bénéficiaires, nous avons pris la décision de fermer temporairement le centre. Sreyoun et sa mère ne pouvaient plus venir nous voir. La mère de Sreyoun était toutefois déterminée à poursuivre les exercices que les kinésithérapeutes lui avaient conseillés pour sa fille à leur domicile.

Réadaptation à distance

L’équipe de Handicap International a suivi attentivement la crise, ainsi que les recommandations du gouvernement, et a pu proposer rapidement différents protocoles permettant de travailler en toute sécurité. Dès le mois d‘avril, elle a notamment mis en place un service de télé-réadaptation qui a permis de suivre et de soutenir à distance les bénéficiaires du centre de réadaptation parmi lesquels Sreyoun. Nous avons aussi pu transmettre aux bénéficiaires et au personnel des messages de sensibilisation inclusifs sur le Covid-19 afin de les aider à se protéger contre le coronavirus.

Reprise des séances de rééducation

En juin 2020, Sreyoun a pu revenir au centre de réadaptation. Afin de respecter les mesures de prévention, M. Khim Phirum, son kinésithérapeute, montre les exercices à sa mère à l’aide d’une poupée.

La mère de Sreyoun est ravie :

« Ma fille va de mieux en mieux. Maintenant, elle peut bouger ses bras, tenir des objets, s’asseoir et se tenir debout avec un appui. Je continue à lui faire faire ses exercices de kinésithérapie à la maison. J’espère vraiment que ma fille pourra bientôt tenir debout toute seule. »

Sreyoun continue à bien progresser 

Aujourd’hui, l’activité du centre de réadaptation est quasiment revenue à la normale. Malgré les difficultés liées à la Covid-19, le nombre de consultations, d’appareillages fournis et de séances de réadaptation devrait comme l’année dernière dépasser les 2 500. C’est un résultat dont nous pouvons être fiers ! Et parallèlement, la jeune Sreyoun continue à faire de grands progrès…

 
Publié le 5 janvier 2021  par handicap international
février 19, 2021